A1 – Indexation et catalogage (ML)

Planning des cours : 6 Heures TD, 8 heures TP par groupe (16 heures au total)

Modalités d’évaluation : lors de la dernière séance, un exercice de catalogage “papier” + quelques questions de cours (définitions)

Programme et objectifs : Connaître l’histoire et l’origine des techniques d’indexation et de catalogage. Etre capable de s’adapter au catalogage “à l’ancienne” comme aux nouveaux outils informatiques de saisie et de catalogage.

Pourquoi ce cours : C’est LA compétence charnière des métiers que vous avez choisis (bibliothèque évidemment, mais également librairie et dans une moindre mesure édition).

Cours n°1 : 24 Mars (2 heures)

Cours n°2 : 31 Mars (2 heures)

  • Catalogage suite :
  • Accès :
    • auteur, titre, sujet
    • Systématique / alphabétique
  • Supports : manuscrits, imprimés, sur fiches, informatiques (début années 60)
  • OPAC
  • Un peu d’histoire :
  • Panizzi : 1841 : “full & accurate” /notion “d’oeuvre d’un auteur”
  • Cutter : 1876 : objectifs catalogage. Approche Problèmes-solutions. Définir des collections. Définir des périodiques (4 conditions)
  • Lubetzky : 1950 : simplification. Définition des règles fondamentales : distinction “oeuvre / livre”, fidélité page de titre, profondeur de catalogage.
  • 1961 : principes de Paris. IFLA
  • DEFINITIONS
  • Bulletinage
  • Format MARC et UNIMARC
  • Vedette matière
  • Notice d’autorité
  • Notice bibliographique
  • Notice catalographique

Cours n°3 :  21 Avril (2 heures)

  • LES DIFFERENTES ZONES DE CATALOGAGE.
  • ZONE 1 : titre et mentions de responsabilité (titre propre, complément titre, titre parallèle, titre commun, titre alternatif)
  • ZONE 2 : édition
  • ZONE 3 : mentions spécifiques
  • ZONE 4 : Adresse
  • ZONE 5 : collation
  • ZONE 6 : collection
  • ZONE 7 : Notes

Cours n°4 : 28 Avril (4 heures : MLa puis MLb) (2 groupes rassemblés de 14 à 16h)

  • fin des zones de catalogage
  • Pavé ISBD et vue synthétique d’une notice catalographique
  • Numéros normalisés et fonctionnement ISBN
  • RAMEAU …
  • Langage contrôlé : forme, polysémie, synonymie
  • hiérarchisé : TG, TS, TA
  • précoordonné : tête de vedette, subdivisions, vedette matière construite

Cours n°5 : 5 Mai (4 heures : MLa puis MLb : tout le monde ensemble de 14h à 16h)

  • Fin de Rameau
  • Unimarc
  • Plongée dans un catalogue (BN-OPALE)
  • Architecture du catalogue
  • Les fichiers autorité

Cours n°6 : 12 Mai (4 heures : MLa puis MLb : tout le monde de 14h à 16h)

  • Indices et cotations
  • « (…) nombreuses possibilités offertes par les cotes dans la gestion intellectuelle et matérielle des fonds en libre accès. Fragmentée en ensembles intellectuellement cohérents (« disciplines »), la collection en libre accès l’est également en espaces (niveaux, salles, ensemble d’épis, rayons). La cote est le passage obligé pour tout ce qui a trait à la gestion du libre accès : suivi détaillé de la politique documentaire, implantation physique des ouvrages, signalétique des collections. Ceci est tout particulièrement vrai en phase de constitution des collections, avant leur installation dans les salles, lorsqu’il s’agit de déterminer les libellés qui apparaîtront sur les rayons et les épis, et de répartir le plus lisiblement possible des collections en constant accroissement. » (source)
  • Lien possible entre cotation et classification
  • « la totalité des collections en libre accès se trouve décrite, à chaque niveau de la bibliothèque, par un ensemble d’environ 9 000 cotes pourvues d’intitulés, consignées dans une série de Manuels par départements, qui répertorient les listes de cotes à utiliser et les règles de cotation à appliquer. Les listes de cotes par disciplines sont toutes organisées sur le même modèle : cote Dewey / libellé de la cote / observations – note d’application, renvoi à d’autres cotes connexes, consignes d’indexation orthodoxe en cas d’écart en cotation, etc. (cf. tableau page suivante). Ces outils reflètent une « politique de cotation » adaptée aux spécificités de l’établissement ; leur élaboration doit beaucoup plus, on le voit, à l’observation précise des collections en cours de traitement, qu’à une réflexion théorique a priori, dont ils seraient la traduction. » (source)
  • un exemple :http://site.voila.fr/le_butineur/classer33.htm#paris
  • les résumés documentaires (« abstract » dans l’ASB)
  • Résumé indicatif ou signalétique
  • Résumé informatif ou analytique
  • Le résumé mixte ou sélectif

Cours n°7 : 19 Mai (4 heures : MLa puis MLb)

  • Examen terminal

Ressources complémentaires :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :